126. Entreprendre sa vie : Conseils aux adolescents

Entreprendre sa vie

Les jeunes sont l’avenir de notre planète. Avoir l’opportunité de partager des conseils issus de ma propre expérience est un privilège.

Organisée par l’association Agapè Objectif Réussir, j’ai été invité à la conférence « Aide-moi à réussir » pour encourager et donner des pistes de réflexion à un public de collégiens et de lycéens. Voici le replay.

Pour s’abonner au podcast Solopreneur, c’est simple. Clique sur l’une des 2 options suivantes :

Pour écouter cet épisode, tu peux utiliser le lecteur audio ci-dessous :

Ressource de la semaine

The Big Leap (disponible sur Amazon et Audible) m’a encouragé à explorer ma « zone de génie »… A explorer !

News de la semaine

  • Recherche de missions en B2B
  • Accompagnement d’un client à Laval

Transcription

[00:00 – 02:06] Solopreneur, bonjour et bienvenue dans l’épisode numéro 126 du podcast destiné aux entrepreneurs à domicile. Aujourd’hui, nous allons voir comment on peut réussir sa vie en entreprenant. J’ai eu le plaisir d’être invité à une conférence qui s’appelle « Aide-moi à réussir », en Aulnay-sous-Bois dans la banlieue parisienne. C’était vraiment passionnant ! Hayat Saci a organisé ça dans le cadre de l’association AGAPE objectif réussir m’a proposé de venir parler à des collégiens, des lycéens et des parents d’élèves pour donner des conseils concrets pour les aider à réussir dans leur vie. L’idée, c’était vraiment de donner un peu mes meilleurs conseils de développement personnel. Évidemment, j’ai parlé de l’entrepreneuriat et de blogging dedans. Je t’invite à lire jusqu’à la fin et peut-être que tu vas te dire : « je ne suis plus adolescent, est-ce que ça va vraiment m’être utile ». Je pense que ça m’a été utile, même à moi. Pendant même que je préparais ça, ça m’a fait réfléchir. Bien sûr, il y a des choses très basiques que je partage, je pense que ça peut nous faire du bien à tous. Le plus important, c’est que si tu trouves cet épisode très intéressant, n’hésite pas à partager le lien solopreneur.fr/126. Partage à au moins une personne, un jeune ou un moins jeune qui a des ambitions, qui a des difficultés et qui trouverait vraiment un bien à écouter cet épisode. Je te dis aussi à la fin de ce replay, on se retrouve pour la ressource et l’actu de la semaine très riche car je lance une formation en ligne, je donne des cours dans une école, le nombre de ventes de mes livres, d’autres conférences auxquelles j’ai participé, mon déménagement dans une nouvelle ville. Bref, beaucoup beaucoup de choses à te partager et pour ça, je te retrouve à la fin de ce replay de 30 minutes.

[02:06 – 04:22] Ce que j’aimerai vous partager, c’est comment vraiment entreprendre votre vie ? Comment au lieu de subir ce qui se passe autour de vous, vous pouvez vous-même prendre des décisions. Qui parmi vous aime le foot ? Qui n’aime pas le foot ? Il y en a ceux qui sont neutres. Ceux qui aiment, ils vont facilement comprendre. Si vous jouez en attaque et que le meneur de jeu a un ballon et que vous voulez qu’il vous fasse la passe, vous n’attendez pas juste la balle. Vous essayez de vous démarquer pour pouvoir prendre la balle et marquer. Si vous attendez juste d’avoir la balle, ça va être beaucoup plus difficile parce qu’il va falloir agir, ne pas subir et ne pas attendre. En agissant, Vous allez pouvoir obtenir des résultats. C’est pareil dans la vie. Pour ceux qui n’aiment pas le foot, certainement que vous ne connaissez pas la règle du hors-jeu. Quand vos enfants, vos maris, vos frères regardent le foot, demandez-leur c’est quoi la règle du hors-jeu. Au lieu de simplement subir : « ils regardent encore le foot, au lieu de faire les devoirs », peut-être que vous pourriez vous intéressez à ce sport en étant proactif et demandez, c’est quoi la règle du hors-jeu. Votre enfant, votre frère qui vont se sentir apprécier en se demandant depuis quand ça l’intéresse va se sentir apprécier que si le lendemain, si vous lui dites « rangez vos chambres », ça va être beaucoup plus facile. L’idée à travers ces deux exemples, c’est de vous dire, au lieu de subir des choses, agissez. Je vais vous parler de 3 points aujourd’hui :

  • De l’école
  • Des relations
  • Du travail

Je vais essayer de vous montrer à travers ma propre expérience comment en étant actif, en entreprenant, en prenant des initiatives, on peut atteindre des résultats. A contrario, si on subit des choses, c’est beaucoup plus difficile.

[04:22 – 04:58] A quoi sert l’école ? Évidemment certains d’entre vous vont me dire :  » à avoir un bon travail ». Je vais vous donner des exemples qui ne vont peut-être pas plaire au prof, des métiers qu’on peut faire sans être bon à l’école. On peut être :

  • Chanteur professionnel
  • Youtubeur
  • Footballeur
  • Joueur professionnel dans le eSport
  • Baby-sitter (dans une autre mesure)
  • Couturière
  • Serveur
  • Manager au McDo.

[04:58 – 08:45] La définition de la réussite, ce n’est pas simplement d’être le plus haut dans l’échelle sociale. Ma mère, elle est arrivée en France veuve. Ça veut dire quoi : ça veut dire que son mari est décédé. Elle avait deux enfants : mon frère et ma sœur. Elle avait 40 ans à l’époque et en Chine, quand tu n’as pas de mari et que tu as deux enfants, tu es mal barré. Ce qu’elle a fait et il s’agit d’un choix vraiment difficile, elle a décidé de se marier avec quelqu’un qui était en France pour pouvoir venir en France. C’est peut-être une histoire que vous avez déjà entendue. Elle s’est mariée avec quelqu’un qu’elle n’aimait pas, juste pour avoir des papiers et venir en France. Elle a fait du baby-sitting, elle a fait de la couture. Est-ce que quelqu’un est capable de me dire aujourd’hui qu’elle n’a pas réussi dans la vie ? Ce que je ne vous avais pas dit, c’est qu’elle était malade. Elle s’est fait opérer et malgré sa maladie, elle s’est occupée de nous, elle a essayé de gagner de l’argent. Elle a même réussi à ouvrir un restaurant qui a fait malgré ça a fait faillite. Elle a essayé de rembourser des dettes pendant des années, c’était la galère. À la maison, c’était vraiment des disputes presque tous les jours. Elle a quand même réussi sa vie parce qu’avec le peu de moyens qu’elle avait, elle a réussi à donner le maximum d’elle-même. L’exemple, je reviens à mon point, c’est pour vous dire que l’école ce n’était pas fait pour avoir un bon travail. L’école, c’est pour vous apprendre à avoir certains métiers. Si c’est ce que vous pensez par bon travail, c’est que ça va vous aider à devenir médecin. Un médecin qui n’a jamais fait d’étude, évitez d’y penser. Un avocat qui n’avait jamais fait d’étude, ça n’existe pas. Pour avoir certains métiers, c’est très important de faire des études. Si parmi vous, il y a des gens qui veulent ces métiers-là, on vous encourage à fond. L’école, ça vous sert surtout à acquérir des compétences. Les compétences qu’on acquiert à l’école vont nous servir pour tout le reste. Par exemple, j’aimai les langues, je m’intéressais un peu aux langues, mais je n’étais pas très bon. J’ai commencé petit à petit à apprendre l’anglais, mais pas grâce aux profs. Malheureusement, je n’avais pas de super prof. J’ai commencé à apprendre l’anglais en regardant les séries télés qui n’étaient pas sous-titrées. Il y a les Friends pour ceux qui connaissent. Je rigolais à un dixième des blagues, car je ne les comprenais pas toutes. À force de regarder, j’ai commencé à être bon en anglais. Je me suis formé en autodidacte, ça veut dire que vous pouvez vous former tout seul, même aujourd’hui. Vous avez des livres, vous avez internet, vous avez la bibliothèque, vous pouvez avec vos parents apprendre un métier. L’école vous aide ainsi dans cette même direction, c’est-à-dire à acquérir des compétences qui vont vous aider plus tard. Les mathématiques, l’anglais, la SVT, tout ça, ça va vous aider à pouvoir réfléchir d’une meilleure manière et à pouvoir comprendre mieux les choses. L’école ça va vous aider aussi à être plus curieux. Ne voyez pas l’école comme des cours où sous la contrainte vous allez écouter un prof d’une certaine heure à une autre heure. Sachez que vous avez une opportunité formidable de vous asseoir et d’avoir des experts, des gens qui ont étudié entre 10 ans, 15 ans ou 20 ans un domaine et viennent vous apprendre des choses. Vous imaginez le privilège que vous avez. Tout ça, gratuitement, comme a dit Elvis.

[08:45 – 11:25] En Chine, il y a la politique de l’enfant unique, ça veut dire qu’il y a des parents qui n’ont pas droit d’avoir deux enfants. Si on a deux enfants, il faut payer une amende. Il y a des parents qui ne peuvent pas payer cette amende parce que sinon il y a trop de Chinois et il n’y a pas assez de nourriture pour nourrir tout le monde. Certains parents, qu’est-ce qu’ils font ? Ils cachent l’identité de leur deuxième enfant. Les deuxièmes enfants n’ont pas de papier, clandestin dans leur propre pays. Ils ne peuvent pas aller à l’école, ils ne peuvent pas aller à l’université. L’année dernière avec une association chrétienne, je suis allé avec ma femme au Nord-Est du Burkina Faso à Piela. Nous sommes allés donner des cours à des jeunes. Ces jeunes, ils jouaient toute la journée avec un bâton et une balle trouée. Quand on leur donnait des cours, ils étaient super curieux. Quand je leur apprenais à compter de 1 à 10 en chinois, ils étaient ébahis. L’école, c’est ça. Ça nous permettre d’être curieux de pouvoir apprendre des choses et de donner des aptitudes qui vont nous permettre plus tard de mener la vie que nous voulons avoir. Si on a aucune compétence, aucune aptitude, comment voulez-vous devenir président ? Si vous voulez être un sportif de haut niveau, comment pouvez-vous l’être si vous ne faites pas du sport régulièrement ? Tout à l’heure, le directeur vous parlait d’une chose très intéressante, il vous parlait de remise de prix. Il a inventé des cérémonies de remise de prix. L’école ça vous aide aussi à acquérir de la confiance en vous-même. L’école ça sert à dire :  » j’ai eu mon brevet, j’ai eu mon bac ou que je suis bon dans cette matière.  » Peut-être que je n’ai pas eu mon bac, mais j’étais très bon en français. Avec la confiance que vous avez en vous, en vous disant : « je suis très bon dans une matière, j’ai réussi à avoir un diplôme. À la maison, je n’ai pas de chambre, je n’ai même pas de bureau, mais j’ai quand même réussi à avoir mon bac », cette confiance-là, c’est extrêmement important parce que ça vous aider durant toute votre vie à vous dire à un moment donné, j’ai eu un bout de papier qui témoigne : « Ling-en tu es bon, Ling-en, tu sais faire ça ». C’est ce que je voulais vous partager par rapport à l’école. On ne peut réussir si on n’est pas proactif, si on ne prend pas les choses en main.

[11:25 – 13:19] Je vais vous parler maintenant des relations : notamment des relations amicales, des relations amoureuses et des relations parents-enfants. Il y a un auteur américain, Jim Rohn qui dit : « Nous sommes la moyenne des 5 personnes avec qui nous passons les plus de temps ». Concrètement, ça veut dire que si vous traînez qu’avec des fumeurs, il y a de grande chance, que vous vous serez mis à fumer. Si je ne traîne avec des types qui ne mangent que des chips, que des fast-foods et qui deviennent obèses, il y a de très grandes chances que je deviens comme eux parce que je vais adopter leur habitude alimentaire. Si je traîne avec de la rakay « des gens désinvoltes qui se lèvent en classe, qui ne respectent pas les profs », c’est normal qu’on devienne comme ça. Comment pouvez-vous ne pas devenir comme les gens autour de vous ? Ce n’est pas possible ! Là, vous allez peut-être avoir l’impression que vous avez toujours été un très bon élève. Par exemple, au collège, je passais beaucoup de temps avec des amis et on se charriait tout le temps, et on s’amusait à ça. À la récréation, on se mettait en cercle et on se charriait sur le basket de l’un, sur la coupe de cheveux, sur l’haleine des autres et tous ça. Comment j’en suis arrivé là ? J’étais dans un environnement de personnes qui charriait tout le temps et je suis devenu cette personne-là pendant un certain moment. Heureusement, qu’en changeant d’ami, j’ai aussi petit à petit changé mon attitude aujourd’hui.

[13:19 – 14:12] Là où j’aimerais vous faire réfléchir, c’est que non seulement les 5 personnes autour de vous, avec qui vous passez plus de temps ont une influence sur vous. Dites-vous que mathématiquement, vous-même vous avez une influence sur les personnes avec qui vous passez du temps. Souvent, on va subir notre entourage, mais est-ce que vous vous rendez compte de l’impact que vous pouvez avoir sur les autres. Il y a une bagarre dans la cour, si personne ne fait rien et que vous dites : « j’y vais, je vais essayer de les séparer même si je suis tout maigre, mais je vais me débrouiller quand même », les autres vont venir vous suivre. Tout le monde triche, et vous pas, vous expliquez pourquoi c’est important de ne pas le faire. Les gens autour de vous vont être influencés. C’est petit à petit qu’on va réussir à faire bouger les choses en étant proactif.

[14:12 – 17:03] Je vous ai parlé de votre cercle amical, maintenant parlons un peu d’amour, du moins, ce qu’on peut appeler amour quand on croit à cet âge-là, qu’on est amoureux. À cet âge-là, on jauge souvent sa propre valeur par rapport à ce que les autres voix de nous. N’est-ce pas ? Évidemment, les adultes le font aussi. Quand on est au collège, au lycée, c’est encore plus fort parce qu’on commence à s’intéresser aux personnes de sexe opposé et on va commencer à plaire aux autres. Si la fille nous trouve drôles, elle rigole à nos blagues, on est alors drôle. Si la fille me trouve beau, alors je vais croire que je suis beau. Si elle me trouve intéressant, je vais croire que je suis intéressant. Quand j’ai plusieurs filles qui vont s’intéresser à moi, je vais gagner le respect de mes potes et je vais croire que je suis quelqu’un qui est respecté. Je peux vous dire que ça, ça change tellement vite que c’est très superficiel. C’est extrêmement creux. On peut croire qu’on est quelqu’un qui a beaucoup de valeur en étant apprécié, mais si on est apprécié pour les mauvaises raisons, est-ce que ça a vraiment autant de valeur ? Si je me fais beau, si je me maquille, si je m’achète plein de fringues, je dépense tout mon argent pour plaire aux gens, est-ce qu’on va vraiment m’apprécier pour ce que je suis ou ce que je laisse transparaître ? Soyez proactif et dites vous que ce ne sont pas les autres qui vont dicter votre propre valeur. Ne laissez pas les autres dicter votre valeur, en disant que vous êtes quelqu’un d’intéressant ou pas. Je peux par exemple vous dire que moi quand j’étais en CM1 ou CM2, j’avais un camarade, j’étais très jaloux de lui parce qu’il avait déjà une petite copine et tout le monde rigolait avec lui et passait beaucoup de temps avec lui. Un truc qu’il n’avait pas et que d’autres avaient, c’est l’humilité. C’était quelqu’un de très prétentieux, quelqu’un qui se trouvait très beau. Quand j’aurai un enfant, je préfèrerai un enfant un peu moins beau, un peu moins drôle et humble qu’un enfant qui est parfait, qui réussit à l’école et qui soit prétentieux, qui méprise les gens, qui regarde les autres de haut. Est-ce que vous voulez être la personne respectée et en même temps, on dit que cette personne-là, elle est intouchable, ce n’est pas intéressant. Inès tout à l’heure, elle s’est rendue très accessible. Ce n’est pas plus agréable d’être quelqu’un de plus accessible et d’humble que juste quelqu’un qui a réussi dans sa vie ?

[17:03 – 17:51] Un dernier point que j’aimerais ajouter et je pense que ça va plus intéresser les garçons parce que moi-même, j’étais un jeune garçon au collège. Je ne sais pas pour les filles. Faites attention à votre attitude envers les filles. Ne soyez pas égoïste. Ne cherchez pas tout simplement à être aimé, à être apprécié. Est-ce que vous vous êtes dit un jour que peut-être vous allez blesser les filles en sortant avec elle une semaine et en cassant après ou en lui faisant croire qu’on l’aime alors qu’on ne l’aime pas du tout ? Est-ce que vous vous êtes dit un jour que vous pouvez blesser cette personne ? Est-ce que vous vous êtes dit un jour qu’un autre homme peut faire ça à votre propre sœur ? Pensez aux autres et ne soyez pas égoïste.

[17:51 – 20:07] La prochaine chose qui va j’espère plaire aux parents, c’est votre relation avec les parents. Votre relation avec vos parents est extrêmement importante parce que vous passez beaucoup de temps à la maison. Une chose qu’on essaie de faire en tant qu’enfant, et en fait, je vais vous dire un secret (qui ne l’est plus tout à fait), c’est que vous essayez de changer vos parents. (Les parents essayent aussi de faire la même chose avec leur enfant). Je suis née en France, mes parents étaient chinois et ils ne comprenaient pas ce que je faisais. Ils ne comprenaient même pas pourquoi j’aimais les jeux vidéo parce qu’eux, ils n’avaient même pas l’électricité. Ils ne comprenaient pas que je regardais le foot, ils ne comprenaient même pas ce qu’était le foot. Ils ne comprenaient pas que je m’amusais avec mes images Panini parce qu’eux, ils galéraient même pour manger de la viande une fois par an. Moi de mon côté, je gaspillais mon argent à regarder des images. Du coup, ce qu’on fait en tant qu’enfant, on essaie de changer les parents. Alors si vous y êtes arrivé et que vous avez les recettes secrètes, venez. Ce que je peux vous donner comme petits conseils, c’est essayer de changer déjà qui vous êtes vous. Parce que du jour au lendemain, vous essayez de changer votre propre attitude, vous allez voir que vos parents vont être choqués. Si vos parents ont l’habitude de vous dire de ranger votre chambre, si vous commencez à ranger votre chambre, je peux vous garantir que si vous aimez les frites, il y a beaucoup plus de chance que votre mère ou votre père vous fasse des frites. Ma mère me disputait souvent parce que moi, je ne rangeais pas ma chambre. Un jour, quand j’ai commencé à être plus doux et plus gentil à la maison, ma mère a arrêté de me saouler pour me dire de ranger ma chambre. Ma chambre en réalité, elle n’avait pas changé. Comme j’étais un garçon plus doux, plus gentil, c’était plus difficile pour ma mère de me gronder et de me dire fait ceci, fait cela alors que j’étais devenu mignon, sage et plus calme. Essayez de changer, et vous verrez que vos parents vont aussi changer. Évidemment, ce sont les parents qui applaudissent.

[20:07 – 27:57] La dernière chose que j’aimerai vous partager, c’est par rapport au travail. Je ne me suis pas présentée, je suis aujourd’hui consultant en webmarketing. Ça veut dire quoi, très simplement, je vais aider les entreprises à gagner plus d’argent en utilisant les médias sociaux. Comme moi, elles peuvent faire plus de publicités sur Facebook. J’aide aussi des particuliers à lancer leur propre business, c’est-à-dire que si vous avez une idée de business, je vais vous aider à créer un blog et à le lancer. Comment suis-je arrivé là ? J’ai master en économie de l’université Paris I, j’ai fait un stage de fin d’études en Chine. Quand j’étais à Shanghai, à ce moment-là, j’étais avec mon père et ma mère. Mon père, il m’a eu à l’âge de 60 ans, quand j’avais 23 ans, il avait 83 ans. Ma mère était malade et elle était allée en Chine pour se faire opérer, ça ne c’est pas bien passé. Un mois plus tard, après son opération, elle est décédée. Je me suis retrouvé avec mon père. À 23 ans, assez immature pour tout vous dire, et mon père de 83 ans ne voulait pas aller en maison de retraite. Je me suis retrouvé à devoir m’occuper de lui. Suis j’accepte cette situation en la subissant, soit, à ce moment-là, je me dis, je vais utiliser ça pour en faire quelque chose. Je voulais être fonctionnaire avant. Je voulais avoir un travail tranquille, non pas que tous les fonctionnaires ont un travail tranquille, mais je me voyais travailler au café et faire des dossiers, puis terminer à 17 heures et faire des choses intéressantes. Là, je me suis retrouvé à la maison, j’avais mon diplôme, je voulais faire un métier passionnant, je voulais travailler à la défense, à l’étranger. Non, je me suis retrouvé à belle ville dans mon HLM avec mon père. Je me suis dit plutôt que juste subir la situation et bien, je vais essayer de gagner de l’argent tout en étant chez moi. Il y a environ 7 ou 8 ans maintenant que je voyais à ce moment qu’il y avait des Américains qui gagnaient de l’argent avec l’internet, en créant des blogs. Je me suis dit, racontez ma vie, j’aime faire ça. Je vais aussi créer un blog. Il s’agit d’un site internet où vous pouvez publier du contenu, des textes, des vidéos et des fichiers audio. Je me suis dit, je vais me former en autodidacte. À l’école, on ne m’a pas appris, ce n’est pas grave, je vais apprendre tout seul. C’est là que l’anglais m’a été utile parce que j’ai pu me former en autodidacte en regardant des blogs, en regardant des vidéos. Au début, on comprend une chose, une phrase sur 10\. Petit à petit, on comprend 4 phrases sur 10, aujourd’hui, je peux écouter des livres audio en x2 en anglais. Les livres audio, ce sont des gens qui lisent des livres en anglais, et x2 ça veut dire qu’ils vont parler deux fois plus vite pour que le fichier se termine rapidement. Qu’est-ce que j’ai fait ? Je me suis formé petit à petit, j’ai créé des blogs. Un blog, aujourd’hui, est gratuit. Si on veut un blog un peu plus professionnel, ça peut coûter entre 30 et 200 euros. J’ai créé pas mal de blog sur les produits Apple, sur le dev personnel, sur les sorties à Paris. C’est comme ça que petit à petit, j’ai commencé à gagner de l’argent. Même si je n’ai pas de diplôme en blogging, je commençais à gagner de l’argent et je commençais aussi à raconter de manière transparente, combien je gagnais, mes difficultés, mes réussites. Aujourd’hui par exemple, je fais un Vlog (où je vais aussi parler de cette journée-là), où je vais raconter comment j’ai écrit mon livre : Le Guide du Blogueur. J’y raconte le déroulement de mon premier rendez-vous, comment j’ai eu des difficultés à écrit, comment je devais travailler tard et comment je devais interviewer des gens. En fait, sachez-le, il y a des gens autour de vous, mais surtout sur internet (ce sont des êtres humains qui sont derrières leurs ordinateurs), qui sont intéressés par quelques choses que vous avez à offrir. Vous allez me dire qu’est-ce qui est dans ma vie intéressante ? Il y a des gens qui publient des contenus sur les cours qu’ils ont appris. Si vous êtes bons en maths, vous pouvez créer un blog et publier des conseils pour comprendre les tables de multiplication, les fractions. Si vous aimez le foot, le basket, vous pouvez créer de l’actualité. En fait, il y a des gens qui vont s’intéresser à ce que vous faites. Petit à petit, il y aura des gens qui vont s’intéresser à ce que vous faites. Vous pouvez mettre de la publicité, vous vendre des PDF. Les PDF sont des fichiers sur lesquels vous donnez vos conseils par exemple pour mieux jouer au foot. Vous pouvez faire un PDF que vous pourrez vendre 10, 15 à 20 euros. Ça demande du travail, ça se fait pas du jour au lendemain, mais tout le monde peut le faire. On a une opportunité très très exceptionnelle aujourd’hui. Est-ce que vous vous rendez compte qu’on peut atteindre, des centaines et des milliers, voir même des millions de personnes depuis chez vous. Vous avez un ordinateur, vous pouvez avoir jusqu’à millions de personnes qui peuvent suivre vos conseils. Un jour, je suis tombé sur des articles sur le net qui disaient : Comment se suicider ? Je me suis dit, c’est fout quand même qu’il y a des gens qui écrivent des articles sur comment se suicider. Pour revenir à cette histoire de comment être proactif, comment ne pas subir et faire des choses ; à ce moment-là, j’aurais pu me dire, il y a des articles comme ça, c’est triste. Vu que j’ai quelques compétences, je me suis dit que je ne vais pas laisser passer ça. Je ne veux pas que quand un jeune ou un moins jeune tape comment se suicider et tombe sur des articles expliquant comment le faire. Hors de question ! J’ai publié un article dans lequel j’utilise le technique marketing, si les gens tapent comment se suicider, moi, je vais écrire un article en mettant le même titre, comme ça Google va mettre en avant mon article puisque je parle de comment se suicider. Vous devineriez évidemment que dans cet article, je n’invite pas au suicide, j’invite les gens à réfléchir. Comment ils peuvent profiter de la vie, donner une dernière chance à la vie, surtout ne pas se suicider. Cet article, tape le par curiosité si vous voulez, je serai dans la première page sur le blog esprit vif. Vous verrez, il y a des centaines et des centaines de commentaires. La dernière fois, il y avait un Canadien, il m’a envoyé un e-mail. Je peux vous dire que je reçois régulièrement des e-mails. J’avais les larmes aux yeux ; il me dit : « merci, grâce à ton contenu, grâce à ce que tu publies, aux histoires que tu racontes, aux petits conseils que tu donnes, tu m’as donné une envie de vivre. Tu m’as redonné une chance à la vie. » Ne pensez surtout pas, qu’il faut être exceptionnel pour faire ce genre de choses.

[27:57 – 31:43] Pour conclure, je vais vous faire une promo de mon CV. Un CV différent par rapport aux autres, surtout ne faites pas des CV comme ça quand vous postulerez plus tard. Je viens d’une famille pauvre, mes parents étaient endettés, on avait vraiment peu d’argent. On vivait dans un HLM et quand je vous disais qu’on avait peu d’argent, on avait des dettes. Ça veut dire qu’on avait moins de 0 euro, si c’est plus imagé pour vous. J’étais un élève moyen, j’étais très bon en math comme tous les Français d’origine chinoise jusqu’au collège. Après, c’était la catastrophe. Pour tout vous dire, j’ai redoublé ma seconde. J’ai pu aller à l’école et à la fac des études plus ou moins correcte. J’ai fait des études en économie, des études gratuites. J’ai pu profiter de ce que notre pays nous offre, c’est-à-dire des études sans frais. Non seulement, elles étaient gratuites, mais comme j’étais issue d’un milieu populaire, je touchais une bourse. On me donnait de l’argent jusqu’à 450 euros/mois pour faire mes études. À côté, je travaillais au McDo. Avant, je travaillais au resto de mon frère, un restaurant chinois vous l’aurez deviné. Puis, je me suis marié avec une femme formidable. J’ai écrit un livre. Je ne sais pas si vous vous rendez compte, c’est un rêve que j’avais, à l’âge de 31 ans, j’ai pu écrire un livre que vous pouvez retrouver à la Fnac. J’ai une influence sur des centaines, des milliers de personnes à travers mon blog, mon contenu. Là, j’ai un micro, je suis en train d’enregistrer ce que je dis et ce que j’enregistre, je vais le mettre dans un podcast audio et il y aura des milliers de personnes qui vont écouter. Du coup, j’ai une influence dans la vie de ces gens. Vous imaginez que ces gens-là, ils prennent le métro, ils prennent leur voiture et ils vont écouter mon contenu et leur vie va s’améliorer parce qu’ils vont mieux voir les choses. Ils vont comprendre certaines choses. Si leur vie s’améliore, la vie des gens autour d’eux s’améliore. Potentiellement, je peux aider des milliers, des centaines, de dizaine de milliers de personnes, de centaines de milliers de personnes à avoir leur vie s’améliorer. À côté de ce CV, la réalité c’est que j’ai une bonne santé, ce qui n’est pas donné à tout le monde. Je vis dans un pays où il n’y a pas de guerre, je mange à ma faim et j’ai un toit parce qu’il n’y a pas de catastrophe naturelle dans mon pays. J’ai une éducation très originale, mais j’ai une éducation très intéressante qui m’a fait apprendre les choses. J’ai pu aller à l’école gratuitement, je me sens entouré d’amis qui sont très importants dans ma vie et qui m’ont beaucoup aidé. Aujourd’hui, qu’est-ce que je fais, j’essaie simplement de rendre ce que je dois à la vie. La vie m’a donné une famille, la santé, de quoi vivre, une école gratuite, un pays où il n’y a pas de guerre. Ce que je fais aujourd’hui, j’essaie juste de rembourser ma dette c’est-à-dire que j’essaie d’aider des gens à mieux vivre. J’essaie d’aider les gens autour de moi à mener une vie plus intéressante, plus épanouie. J’essaie de faire rire, de divertir mon entourage.

[31:43 – 32:54] J’ aimerai terminer sur cette conclusion-là : « je vous invite à rendre à la vie ce qu’elle vous a donné. » Si la vie vous a donné un certain montant, essayez de prendre le temps parce que quelques fois, on voit tous les mauvais côtés, on oublie de voir tous les bons côtés. Essayez d’additionner tout ce que vous avez reçu. Rien que là, est-ce que vous vous rendez compte : là, on n’a pas froid, on a de quoi manger, on a des gens qui viennent parler bénévolement, on a des profs qui s’impliquent, on a un lieu qui accueille gratuitement. Essayez d’additionner toutes ces choses que la vie nous donne et dites-vous qu’est-ce que je peux rendre. Qu’est-ce que je peux donner en retour à cette vie ? Si toute votre vie vous essayez de donner plus que vous avez reçu, c’est la définition que je donnerais à la réussite. C’est comme ça que j’aimerai vous inviter petit à petit, semaine après semaine, année après année, décennie après décennie à réussir votre vie.

[32:54 – 33:22] J’espère que ce replay t’a plu. En tout cas, je suis passionné par ce type de conférence. Je pense que ce qui me motive le plus dans la vie, ce n’est pas tellement le blogging et l’entrepreneuriat, c’est d’aider les gens à mener une vie plus passionnante et à entreprendre leur vie, à se prendre en main tout en appréciant ce monde de la meilleure manière possible. Je pense que le blogging et l’entrepreneuriat aident dans ce sens.

[33:22 – 37:56] La ressource de la semaine : Je te présente cette semaine un livre qui s’appelle « The big leap ». En français, il se traduit comme le grand saut. Va sur solopreneur.fr/126 pour trouver tous les liens, toute la retranscription de ce podcast. Ce livre parle d’un concept très original qui m’a beaucoup aidé quand je l’ai connu à travers Cliff Ravenscraft qui en parle depuis plusieurs épisodes. Il est un de mes mentors en ligne. Ce livre dit qu’il y a 4 zones qu’on travaille. Il s’agit de sa zone d’incompétence, sa zone de compétence, sa zone d’excellence et sa zone de génie. Concrètement, dans mon business par exemple, quand je fais de l’administratif ou de la comptabilité, je suis dans ma zone d’incompétence. Mais je vais la faire quand même. Sa zone de compétence par exemple ça va être d’utiliser WordPress. Je ne suis pas très bon, mais je sais quand même utiliser WordPress, je forme et j’offre même des prestations à ce niveau-là. Ma zone d’excellence, c’est quand ça va être d’accompagner des créateurs d’entreprise à développer un business avec WordPress comme outil, le blog comme outil. Ça va être du conseil stratégique, les aider à réfléchir, du coaching, de l’accompagnement, de permettre d’acquérir plus de confiance en soi, de booster pour être plus efficace, plus productif. Là, on est dans ma zone d’excellence, comme enregistrer des podcasts, faire de la vidéo. Une dernière zone que les gens négligent tellement, c’est la zone de génie. La zone de génie, ça peut être prétentieux et souvent même, ça rapporte peu d’argent sur le court terme. Typiquement, ma zone de génie ça va être la zone où j’aurai très peu de concurrents et être un peu unique dans mon genre. Ça va être d’écrire des livres et de donner des conférences. Je pense que je suis vraiment dans ma zone de génie là, c’est-à-dire la zone où j’excelle ou du moins là où j’ai le plus de potentiel. Si tu as 15 ans et que tu écoutes ce podcast, tu n’es pas expert dans ce que tu fais. Même à mon âge à 31 ans, je ne suis pas un conférencier expert, loin de là. Je suis quand même dans une zone où j’ai de grandes forces, de grandes compétences, des aptitudes qui peuvent améliorer. Une fois développés, ils peuvent m'emmener à être un très bon conférencier. Dans tout ce que je fais, les conférences et le domaine-là, je suis très fort. Écrire un livre, c’est pareil. Sur le court terme, ça ne rapporte pas forcément d’argent. Il n’y a pas forcement de résultat bénéfique et c’est pour ça qu’on a tendance à négliger. Typiquement, il y a beaucoup d’artistes qui auraient pu être artistes professionnels et qui ne se lancent pas parce qu’ils se disent, ce n’est pas assez réaliste. Sur le court terme, ça ne m’apporte rien. La zone de génie, c’est la zone où il faut vraiment passer du temps dessus. C’est un gros challenge parce qu’encore une fois, peu de résultats sur le court terme, ça peut être prétentieux, ça peut donner cette impression qu’on est rêveur. Réfléchis-y et vois comment tu pourrais passer 10 minutes par jour sur cette zone de génie. Peut-être c’est écrire ton premier roman, peut-être c’est faire un podcast audio, peut-être c’est avoir un enfant. Rien à avoir, mais avoir un enfant. C’est compliqué parce que c’est vraiment propre à chacun. Évidemment, le livre est disponible en version papier, kindle et livre audio. Je l’ai écouté en audio. Si tu veux écouter ton premier livre audio, je t’invite à utiliser mon lien affilié : solopreneur.fr/audible. Audible, c’est un engagement mensuel sans engagement. Ça fait des années que je suis abonné, tu pais 9,99 et chaque mois, tu as droit à n’importe quel livre. Avec mon lien affilié, tu auras droit à un livre gratuit. Profites-en si tu comprends l’anglais. Si tu ne comprends pas l’anglais, il y a d’autres très bons livres aussi que tu peux écouter.

[37:56 – 39:33] Actu de la semaine : très très riche, vue que ça fait deux mois que je n’ai pas enregistré un épisode de podcast. Je ne sais pas si ça s’entend, mais je sors à peine de deux semaines de rhino-pharyngite. Je suis allé chez le médecin pour ça, une infection et branche très encombrée. Ce que je voulais dire, c’est qu’en fait, j’ai annulé pas mal de choses durant les deux jours où c’était le plus grave. Ça n’a pas forcément plu par exemple à mon épouse et peut être à des partenaires parce que j’ai annulé par exemple un cours. Je vais t’en parler après et une interview. Comment dire, un entrepreneur doit faire un marathon, l’entrepreneuriat est un marathon. Dans un marathon, on ne peut pas se permettre de se forcer quand on a mal. Je fais un marathon durant les 2 à 3 km, j’ai mal aux genoux, il fallait que je m’arrête. Je n’allais pas souffrir comme ça pendant 37 km avec les conséquences que ça allait avoir. Je me suis reposé, j’ai pris soin une peu de mon genou, je l’ai massé. En tout cas, le repos m’a permis de pouvoir terminer la course. Évidemment, n’utilise pas la maladie comme une raison d’être paresseux, mais prends soin de toi. La santé, c’est tellement important si on veut réussir dans le business.

[39:33 – 40:44] La formation en ligne, je voulais en parler. Tout le mois de novembre, il y aura une formation en ligne marketing par e-mail. L’idée c’est quoi, c’est de t’accompagner de A à Z à développer une liste de diffusion. En gros, tu as un blog, un podcast, une chaîne YouTube, l’idée c’est que les gens y viennent sur ton site et qu’ils ne repartent pas sans laisser leur e-mail. S’ils laissent leur e-mail, tu peux les recontacter pour leur dire voici mon nouvel article, voici un cadeau que je t’offre. Petit à petit, voici un nouveau produit que je vends. C’est beaucoup plus facile de vendre à une audience que tu contactes par e-mail régulièrement, que de balancer une offre comme ça. Imagine que tu balances une formation en ligne comme ça, de but en blanc sur les réseaux sociaux à 1000 euros. Ça ne va pas marcher parce qu’il faut un temps pour chauffer un prospect et le marketing par e-mail est parfait pour ça. Si tu es intéressé, tu vas sur email.solopreneur.fr et tu verras de quoi il s’agit. Si tu es intéressé, inscris-toi vite parce que c’est une formation limitée dans le temps.

[40:44 – 41:26] Troisième actu que j’aimerais te partager, c’est que j’interviens maintenant à l’ECITV qui une école du web, digitale, etc. En fait, j’avais participé à un événement, c’était la « nuit des blogs ». À ce moment-là, il y avait la directrice, je lui ai donné le Guide du Blogueur. Elle a eu besoin d’un prof sur les techniques rédactionnelles web, en gros le blogging. Elle a pensé à moi parce qu’elle a lu mon livre. Ça valait les 15 euros d’investissement à travers le livre. Je suis très content, j’ai donné le cours tous les premiers semestres, et si ça se passe bien, peut-être par la suite aussi j’espère.

[41:26 – 43:01] Autres actus : Le nombre de ventes de livre. J’ai enfin obtenu le chiffre, ça a mis vraiment beaucoup de temps. J’en ai vendu 900, toutes plateformes confondues, e-book. En 4 mois et quelques : juillet, août, septembre, octobre. Elle m’a quand même dit le responsable que c’était un petit en dessous de la moyenne pour ce type de livre. Ça m’a un petit peu découragé, mais en même temps, ce livre, je vais en faire la promotion pendant des mois et des mois et des années aussi, j’espère. Je vais mettre le paquet, j’aime le challenge, donc ça ne me décourage pas en réalité. Sur le coup, ça m’a un peu attristé. En tout cas, si tu veux te former au blogging, il y a une référence, c’est le Guide du Blogueur. Si tu vas sur legdb.fr, tu pourras voir ce livre et le commander sur Amazon, Fnac où chez ton libraire. En tout cas, si tu écoutes ce podcast et tu m’as découvert à travers le livre ou que tu t’es procuré le livre, j’aimerais vraiment te remercier. C’est vraiment chouette de pouvoir partager, avoir passé autant de temps pour passer une passion, c’est formidable. Si tu ne t’es pas inscrit à la formation, je t’invite à aller sur legdb.fr/formation, c’est inclus dans le livre, c’est gratuit. Ça va t’accompagner pendant un mois à lancer ton blog.

43:0144:15 J’ai eu l’opportunité de participer au salon SME. Si tu ne connais pas, tous les ans il y a le salon de l’entrepreneuriat et le salon SME qui s’adresse aux TPE, aux entrepreneurs individuels, aux personnes qui s’intéressent à se lancer à leur compte. J’ai participé à une conférence qui est de booster son mental avec le social selling. C’était vraiment top. Il y a avait Selma Paiva, David Vennink, il devrait y avoir Morgane Février, mais elle était malade et Jordane Zangueneh. Jérôme Hoarau animait le tout. On a pu faire un Meetup après durant lequel on était presque 10. C’était un très très bel événement. Puis, vivement l’année prochaine si je suis à nouveau invité à participer à une table ronde, une conférence. Tu peux venir, je serai très content de te rencontrer là. Si tu veux en savoir plus sur toutes les rencontres en présentiel, je t’invite à aller sur solopreneur.fr/meetup. En t’inscrivant, tu seras mis au courant de tous les événements.

[44:15 – 45:04] Actuellement, je suis en recherche de plus en plus actif sur un contrat en B2B. L’idée pour moi, surtout, je souhaiterais accompagner une entreprise avec mes compétences dans la communication digitale à développer leurs réseaux sociaux, sur leur communication digitale, leur stratégie de contenu. Je suis sur plusieurs pistes pour avoir une entreprise que je pourrais accompagner 1 à 3 jours par semaine d’une manière régulière. Ça me permettrait de rendre mes revenus plus réguliers. Sinon, c’est trop inconstant de travailler par à-coups, d’une manière ponctuelle avec des gens. J’ai envie aussi d’acquérir plus d’expérience avec une entreprise. Je t’en parlerai très prochainement aussi.

[45:04 – 46:12] J’ai eu l’occasion d’accompagner Jean-Luc sur le blogging. Il s’agit d’un client qui est à Laval. Ça m’a vraiment plu d’aller jusqu’à Laval. Ce n’est pas super loin, mais, j’aime tellement voyager que même prendre 1h30 de train pour aller ailleurs en France, pour découvrir une nouvelle ville, c’était vraiment chouette. Si jamais tu es intéressé par installer un blog et être accompagné sur le blogging et que tu n’es pas à Paris, n’hésites surtout pas à me contacter. Le pack accélérateur, c’est un pack de coaching que j’offre aux personnes qui veulent progresser plus rapidement et être accompagnées individuellement parce que quand on se débrouille tout seul, c’est forcement plus long et on commet beaucoup plus d’erreurs. Je suis content d’avoir accompagné jusqu’à maintenant entre 5 à 7 personnes en l’espace de 3 à 4 mois. C’est vraiment formidable de pouvoir faire un 1 à 1, c’est vraiment quelque chose qui me plaît. SI jamais, ça t’intéresse, vas sur legdb.fr/pack.

[46:12 – 46:55]  Sinon, j’ai déménagé à Nogent-sur-Marne. C’est dans la banlieue Est de Paris. C’est juste après le bois de Vincennes si tu connais un peu le coin. Mon épouse voulait un coin un peu plus vert et moins stressant que Paris parce qu’on habitait vraiment dans le centre de Paris, en plus c’était petit. On s’est installé, tout est presque prêt. En plus, je suis proche de Paris parce qu’il y a le RER A. Je n’aurais jamais pensé dire, mais j’apprécie vraiment cette nouvelle vie de banlieue. Je t’en reparlerai si ça t’intéresse.

46:5548:39 J’ai participé aux Foliweb. C’est une association de 3 entreprises : Néocamino, réussir en .fr et Jimdo qui organisent des événements en présentiel sur le web pour accompagner à transformation digitale, aux marketing digital. Je me suis fait inviter, j’ai contacté la personne parce que je les voyais de temps en temps. À ma grande surprise, jeudi dernier j’étais avec Taylor Edouard, on était plus de 40 dans une petite salle finalement. Beaucoup de gens très intéressés. On a passé deux heures à partager des conseils, à interagir et à échanger avec le gens à la fin. SI tu es intéressé à participer à des événements qui sont gratuits, en présentiel peut être à Paris ou ailleurs aussi en France, Google les Foliweb et inscris-toi. Certainement, je donnerais d’autres conférences parce que ça m’a vraiment plu.

[48:39 – 49:25] J’aimerai terminer par mon expérience à Adie, une association de micro-crédit. C’est la première en France et c’est la plus grande. J’ai participé en jury pour aider des jeunes entrepreneurs dans leur projet. C’était passionnant parce que j’ai pu leur faire des remarques, des commentaires et de donner des conseils sur leur communication digitale notamment. J’ai vraiment pris du plaisir à aider des jeunes en fait. Il venait en 20 minutes, ils expliquent un peu leur projet et c’est intéressant parce que ça nous fait réfléchir sur notre propre projet. Si tu as du temps libre, tu as un peu d’expérience, toi-même tu peux être bénévole à l’Adie. N’hésite pas à les contacter.

[49:25 – 49:30] Je te dis à la prochaine et ce sera l’épisode 127 où j’ai plein d’idées en tête. Merci de me suivre et de partager l’épisode s’il t’a plu. Je te dis à la prochaine.

Lance ton Business !

INSCRIS-TOI À CETTE FORMATION GRATUITE EN 7 JOURS

Pas de spam. Désabonnement en un clic. Powered by ConvertKit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 thoughts on “126. Entreprendre sa vie : Conseils aux adolescents